Voir tout
Voir tout
Étape

1

Samedi 04
Mai 2024

143 km
Dénivelé 1.850 m

Départ dans

J ::

Venaria Reale -

Torino

profil

carte

informations techniques

Une étape difficile avec un final exigeant qui portera les leaders aux avant-postes dès le début de ce Giro. Approche de Turin par le nord, puis circuit avec l’ascension de l’Eremo et du Colle Maddalena avant de redescendre vers Moncalieri et Turin.

  • profil
  • carte
  • informations techniques

infos touristiques

Ville de :

départ
arrivée

Venaria Reale



Vue d'ensemble

Construite au milieu du XVIIe siècle comme résidence de chasse de Charles Emmanuel II, Venaria Reale a été magnifiée par Amedeo di Castellamonte, qui a fait du Salone di Diana, situé au centre, un point de jonction idéal entre le palais et les jardins.
Victor Amadeus II y appela d’abord Michelangelo Garove, puis Filippo Juvarra. Ce dernier y construisit certains de ses chefs-d’œuvre, comme la Grande Galerie, la Chapelle de Saint Hubert et le complexe composé de la Grande Ecurie et de la Citroniera. Plus tard, Benedetto Alfieri créa le Rondò avec les statues des Saisons.
La Reggia est considérée comme un chef-d’œuvre architectural et paysager et présente certaines des plus hautes expressions du baroque universel. Elle a été déclarée site du patrimoine mondial de l’Unesco en 1997.

Torino



Vue d’ensemble

Fondée au IIIe siècle avant J.-C. avec l’installation des tribus celto-ligures “taurines”, Turin devient Augusta Taurinorum vers 28 avant J.-C. avec Octave Auguste, un comté franc avec Charlemagne, la capitale du royaume de Savoie au XVIe siècle et celle du du royaume de Sardaigne en 1713.
Au XIXe siècle, Turin a été le berceau du Risorgimento italien sous la direction du roi Vittorio Emanuele II et du comte de Cavour : elle est désignée capitale de l’Italie lorsque l’unité nationale est réalisée en 1861. Le développement industriel, qui culmine en 1898 avec la naissance de FIAT, et le développement culturel sont alors également lancés.
La récession des années 1980 a mis la capitale piémontaise à l’épreuve pendant plusieurs années, mais elle est revenue avec fierté sur la scène internationale grâce aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2006. Turin a pleinement gagné l’image d’une ville innovante et en constante évolution : ses grands bâtiments, ses musées, l’art contemporain et le design industriel, la culture universitaire et le cinéma, le sport et les grands événements l’ont transformée en un pôle d’attraction touristique de premier plan.
Turin est également la ville la plus riche d’Italie en termes d’espaces verts publics. Au pied d’une colline et bordée par le fleuve Pô et ses affluents, avec 320 km de boulevards bordés d’arbres et de nombreux parcs urbains et suburbains, elle forme une merveilleuse combinaison avec les terres environnantes.

Cusine Locale

Turin, comme tout le Piémont, offre une cuisine profondément enracinée dans la tradition populaire et de la cour, authentique et riche en saveurs : hors-d’œuvre et entrées accompagnés de gressins – inventés au XVIIe siècle pour le prince Victor Amadeus II de Savoie -, agnolotti, fritures mixtes à la piémontaise, bagna cauda (sauce chaude à base d’huile, d’ail et d’anchois), viandes bouillies mixtes avec leurs sauces, et fromages des vallées alpines. Le tout arrosé de vins rouges et blancs DOC et DOCG locaux : Carema, Doux D’Henry, Freisa, Bonarda, Cari, Erbaluce, Ramie, Caluso Passito…
Un authentique dîner turinois doit cependant être précédé par le rituel de l’apéritif, en dégustant éventuellement un vermouth. Ce célèbre et indispensable composant de certains des cocktails les plus appréciés au monde a été inventé à Turin en 1786 sur une idée d’Antonio Benedetto Carpano.
Les plus anciens torréfacteurs nationaux et les marques de café les plus importantes sont également originaires d’ici, et le premier brevet pour une machine à café “espresso” (1884) a été accordé au Turinois Angelo Moriondo. Qu’en est-il du chocolat et de la confiserie ? Quelques mots : gianduiotti (créé par Michele Prochet), “bignole”, zabaglione, bicerin…

Boissons

Il est évident que le Piémont est une terre de grands vins: parmi les rouges les plus renommés, on retrouve sa majesté Barolo, Barbaresco, Barbera, Nebbiolo, Dolcetto et parmi les blancs, Arneis, Gavi et Malvasia. Mais on ne sait pas bien que la province de Turin est la gardienne de nombreux grands vins. Le territoire autour de Turin est la patrie d’une importante et ancienne tradition viticole: sur environ 600 kilomètres, on trouve la région de Canavese, Collina Torinese, Pinerolese et Valsusa où apprécier 25 vins DOC, produits par 11 vignes caractéristiques. Parmi eux, le plus turinois de tous est le Freisa, un vin rouge rubis, légèrement pétillant, produit dans la région de Chieri et dans le vignoble urbain à côté de la Villa della Regina, à quelques centaines de mètres du centre-ville. Turin a un autre record: l’apéritif. Connu dans le monde entier, le Vermouth est né à Turin en 1786 grâce à Antonio Benedetto Carpano, et a été initialement vendu dans un magasin d’alcools de la Piazza Castello. Pour sa recette, on utilise du Moscato du Piémont et des vins corsés du Sud, avec des extraits et des infusions d’environ 30 herbes aromatiques. Il existe de nombreux types de vermouth: rouge, blanc, rose, doux et sec. A Turin c’est un vrai apéritif.

Lieux d’intérêt

Les élégantes rues à arcades du centre-ville, les avenues bordées d’arbres, les places historiques telles que la Piazza Castello – le cœur de la ville -, la Piazza San Carlo, la Piazza Vittorio Veneto – l’une des plus grandes d’Europe : suivez ce fil rouge et vous découvrirez Turin.
La Mole Antonelliana, symbole incontesté de la ville : haute de 167 m, conçue au milieu du XIXe siècle comme une synagogue et abritant aujourd’hui le musée national du cinéma, elle offre également un incroyable point de vue sur la ville et les sommets alpins qui l’entourent.
Les résidences royales urbaines : Palais royal et musées royaux, Palazzo Carignano, Palazzo Chiablese, Palazzo Madama, Château du Valentino, Villa della Regina.
Le musée égyptien, le deuxième au monde après celui du Caire, et les grands musées nationaux : Cinéma, Risorgimento, Automobile, Montagne ; ceux consacrés à l’art moderne et contemporain : Camera, Fondazione Merz, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Gallerie d’Italia, GAM, Pinacoteca Agnelli.
Le “quadrilatère”, d’influence romaine, sa porte Palatine et son réseau de rues regorgeant de restaurants typiques et, non loin de là, la cathédrale Renaissance de San Giovanni.
Le parc du Valentino, le long du Pô, plus de 42 hectares de flore et de faune, des pistes cyclables, des sentiers et d’innombrables possibilités de sports et de loisirs.
La basilique de Superga, joyau baroque qui domine la ville depuis la colline du même nom. Accessible par le chemin de fer à crémaillère historique de 1934, elle abrite les tombes royales de la maison de Savoie et, dans sa partie arrière, le mémorial commémorant l’équipe de football du “Grande Torino”, dont l’avion s’est écrasé ici le 4 mai 1949.

REJOIGNEZ
LA COMMUNAUTÉ
#giroditalia

top sponsor