Voir tout
Voir tout

Les Ascensions du Giro d'Italia 2022

BLOCKHAUS

Un brigand belge au Blockhaus

Cette ascension, dont le nom suggère à première vue un décor germanique, est en réalité presque parfaitement située au centre de l’Italie, dans le massif de la Maiella, dans les Abruzzes.
Il semble que le terme “Blockhaus” – en allemand littéralement “maison de pierre” – soit dû à un commandant militaire d’origine autrichienne qui se trouvait avec un peloton de Bersagliers au sommet de la montagne, où un fort de pierre a été construit, avec la mission de contrer le brigandage dans les premières années après l’unification de l’Italie.
Ce n’est pas un hasard si la “Table des Brigands” est encore visible à proximité. C’est un grand pavé de roches où bergers et brigands laissaient gravés leurs noms et leurs pensées.
Le plus connu de ces écrits est daté de 1867 et dit : “Vittorio Emanuele II, roi d’Italie, est né en 1820. Avant les années 1860, c’était le royaume des fleurs, maintenant c’est le royaume de la misère”.
Le Blockhaus a fait ses débuts au Giro d’Italia exactement cent ans plus tard, le 31 mai 1967, et ce jour-là, une autre page bien connue s’est écrite, l’une des plus importantes de l’histoire du cyclisme.
Elle a été écrite par un garçon de moins de 22 ans, natif de Tielt-Winge, en Flandre, qui avait déjà deux Milano-Sanremo à son palmarès mais connaissait sa première participation au Giro.
Au départ de l’étape Caserta-Blockhaus, les favoris étaient la Maglia Rosa José Perez, avec Anquetil, Motta, Gimondi, Adorni, Zilioli, et enfin l’idole locale, le chamois des Abruzzes, Vito Taccone.
Le premier à attaquer fut Taccone qui, poussé par l’affection de la multitude de ses compatriotes, tenta seul et loin de la ligne d’arrivée, mais fut repris à environ 13 kilomètres du sommet.
La course a ensuite été menée de façon très tactique, les meilleurs ont continué à s’observer sans attaquer et sans faire de sélection.
A deux mille mètres de la ligne d’arrivée, Schiavon et Zilioli sont finalement partis, et alors qu’ils semblaient déjà se battre pour la victoire, à la stupéfaction générale, l’homme le moins attendu, ce garçon belge de moins de 22 ans, est sorti du groupe.
Il rattrape à nouveau les attaquants, sprinte dans le dernier kilomètre et n’a plus la force de répondre.
Il s’impose avec 10″ sur Zilioli et la Maglia Rosa Perez.
Ce jour-là beaucoup disaient : « Un sprinteur a gagné sur le Blockhaus », comme pour souligner l’attentisme des autres, des grimpeurs, des favoris.
Ils ne savaient pas encore qu’ils venaient d’être témoins d’un événement qui allait changer le cyclisme pour toujours.
Ils ne savaient pas, à ce moment-là, que le garçon qui venait de graver son nom au sommet du Blockhaus deviendrait le plus grand coureur de tous les temps : Eddy Merckx.

MORTIROLO

Mortirolo – une vocation combattante

Grâce à sa position stratégique entre le Val Camonica et la Valteline, le col de Mortirolo a été un lieu de batailles bien avant le 3 juin 1990, date de son apparition sur le Giro d’Italia.
La légende veut que le nom dérive d’une bataille sanglante qui a eu lieu là-haut en 773 après J.C., lorsque Charlemagne a affronté les troupes lombardes déjà défaites à Pavie.
L’armée carolingienne les a chassés et après les avoir trouvés près du col, ils les ont mis en déroute, laissant des centaines de morts au sol. D’où “Mortarolo”, qui deviendra plus tard “Mortirolo” au fil des siècles.
Mais ceci, a-t-on dit, est une légende.
La réalité est que le toponyme vient probablement des mots « mortèra » ou « mortarium » qui décriraient la présence d’un étang ou la forme concave au sommet.
À l’inverse, les affrontements qui ont eu lieu entre février et mai 1945 entre partisans et nazi-fascistes ne sont pas une légende, considérés par divers historiens comme les plus grandes batailles rangées soutenues par la Résistance italienne.
Nous arrivons donc à nos jours, à ce 3 juin 1990 qui a lancé l’histoire cycliste de l’ascension.
Ce jour-là, le versant Edolo a été gravi et le premier au sommet était le Vénézuélien Leonardo Sierra, qui s’est ensuite imposé à l’arrivée à Aprica.
Le Mortirolo a tout de suite été bien accueilli, et il est revenu l’année suivante, cette fois via Mazzo, sur le versant de la Valteline qui est alors devenu l’itinéraire “classique” : 12,5 km à 10,5% de pente moyenne, avec des passages à 20%.
Quelques montées sont ainsi.
La veille, ce ne sont que des routes inconnues, perdues on ne sait où, et une fois parcourues, elles envoûtent immédiatement les organisateurs, les coureurs et surtout les fans : il en était ainsi du Muro di Sormano, ainsi que du Zoncolan.
Puis vint 1994, l’année de la consécration définitive du Mortirolo et de Marco Pantani : deux histoires plus que parallèles, presque jumelles.
L’étape Merano-Aprica se disputait le 5 juin, avec Stelvio, Mortirolo et Santa Cristina, dans cet ordre.
Il Pirata, alors âgé de seulement vingt-quatre ans, a attaqué en profitant des terribles pentes de la deuxième montée, à plus de 60 km de l’arrivée.
Il détacha Indurain, Bugno, Chiappucci et la Maglia Rosa Berzin, passa seul au sommet, attendit Indurain dans la portion de plaine avant la dernière ascension où il repartit, cette fois de manière définitive, allant remporter la victoire d’étape et la deuxième place au classement général.
Pour commémorer cet exploit, une sculpture a été placée en 2006, au huitième kilomètre du Mortirolo.
Il dépeint Pantani en pleine attaque, dans une position emblématique, mains basses sur le guidon, la tête tournée pour scruter ses adversaires.
Il regarde en arrière et ce qu’il voit, ce sont des visages d’adversaires vaincus.
Souvenons-nous que ce jour-là – dans un lieu qui a été le théâtre de grandes batailles depuis plus de mille ans – il Pirata a trouvé bien plus qu’une victoire : il a trouvé une vocation, un destin, il s’est trouvé lui-même.

SANTA CRISTINA

Santa Cristina – l’avion et le char

Parler du col de Santa Cristina (ou Valico) est impossible sans évoquer à nouveau cette étape : Merano-Aprica, 1994.
Car c’est là que l’ascension est apparue dans le Giro d’Italia, le jour où le jeune et presque inconnu Marco Pantani s’est lancé sur Mortirolo, lâchant tous les meilleurs.
Dans le faux-plat suivant, la voiture de son équipe lui a proposé d’attendre Indurain et Rodriguez, non loin de là, qui pourraient l’aider avant la dernière bosse, Santa Cristina précisément.
Pantani a obéi et les trois ont avancé d’un même élan, Indurain en tête dans les premiers mètres de l’ascension. Il tentait de jouer la seule carte qu’il savait avoir : garder un rythme le plus élevé possible pour décourager les accélérations de son jeune compagnon d’échappée. Ou du moins les retarder autant que possible.
En regardant la vidéo de cette ascension, il y a quelque chose d’émouvant dans la tentative d’Indurain, dans la lutte entre lui et il Pirata, si différents sur un vélo comme s’ils incarnaient deux façons d’être dans le monde.
Un grand, imposant, un pur rouleur qui se défend en montée grâce à la régularité et à l’expérience, mais qui craint les attaques et les changements de rythme.
L’autre petit, minuscule, à la merci du vent quand la route est plate, mais dès que les pentes se raidissent, c’est-à-dire quand tous les autres cherchent de l’oxygène et des jambes sans les trouver, il entre comme par magie dans son habitat naturel.
La différence entre un char et un avion.
Pourtant, à ce moment-là, dans les premières rampes du Passo (ou Valico) de Santa Caterina, l’avion et le char montent et restent associés, contre toute logique physique, contre toute raison, dans un de ces sorts auquel seul le vélo peut parfois donner vie.
Mais, comme toujours, la magie ne dure qu’un temps et la réalité a fait irruption après quelques kilomètres.
Pantani a flanqué Indurain puis a sprinté, sans se retourner une seule fois.
L’avion a décollé, rapide, léger, et le char a dû se rendre.
L’écart entre les deux s’est creusé à chaque mètre d’asphalte, s’est amplifié à chaque virage et on comptait 3’19” au sommet.
Un gouffre, d’autant plus qu’il a été creusé en moins de cinq kilomètres.
Dans la courte descente avant l’arrivée à Aprica, il Pirata a encore gagné du temps, jusqu’à remporter l’étape avec 3’30” sur Indurain, à qui il prenait la 2e place du classement général, et 4’06” sur la Maglia Rosa Berzin.
C’était la première fois du Passo (ou Valico) de Santa Cristina dans le Tour d’Italie.
Une ascension qui a eu la chance de faire ses débuts sur la grande scène cycliste dans cette étape, et c’est pourquoi elle restera toujours dans les mémoires.

KOLOVRAT

Kolovrat – en signe de paix

L’arrivée de cette ascension, inédite pour le Giro d’Italia, se situe à 1162 mètres du Kolovrat, une chaîne de montagnes située à l’extrême est du Frioul-Vénétie Julienne, à la frontière avec la Slovénie.
Le départ, en revanche, se fait au-delà de la frontière, dans un village au bord de l’Isonzo dont le nom slovène est Kobarid.
Mais peut-être que son nom italien est plus connu : Caporetto.
La commune fut le théâtre de la bataille qui, en octobre 1917, conduisit les troupes italiennes à une très longue retraite qui ne s’arrêta alors que sur la ligne formée par le fleuve Piave.
Le Kolovrat était à cette époque la zone de compétence de l’unité 2ª Armata, qui y avait construit un système défensif vaste et articulé, les reliefs constituant une défense extrême pour empêcher l’ennemi de pénétrer dans la plaine du Frioul.
Parmi les officiers allemands qui ont le plus contribué à la chute des lignes italiennes, il y avait Erwin Rommel, le futur “Renard du Désert,” alors jeune lieutenant.
Le 25 octobre, profitant du facteur surprise, il mena l’action qui conduisit à la conquête de toute la chaîne de Kolovrat et à la capture de milliers de prisonniers.
Il a écrit dans son journal que le principal affrontement de cette époque était avec les Bersaglieri italiens dans les environs de Livek (Luico, en italien), un petit hameau au sud de Caporetto.
Les coureurs passeront également par Livek, en plein milieu de la montée et ce sera le seul répit de ces 12 kilomètres par ailleurs très difficiles.
Rommel est parti de Livek le lendemain, et, cette fois presque sans combat, il a également fait sien le mont Matajur.
À ce moment-là, s’ouvrait devant lui la plaine frioulane d’où il pouvait facilement rejoindre Cividale, puis Udine, puis qui sait.
Au lieu de cela, il a été envoyé vers le nord, pour avancer vers la vallée de la Piave, et il l’a fait à l’aide d’un véhicule qui était alors largement utilisé à la guerre : le vélo.
Il note encore dans son journal : “A cheval et à vélo comme nous le sommes, nous rattrapons bientôt les premiers Italiens en fuite. L’affrontement n’a pas lieu. Il suffit de leur crier de se rendre…”
105 ans après ces événements, le Giro d’Italia ramène le vélo sur ces hauteurs, entre Caporetto et le Kolovrat.
Mais cette fois sans armées, sans défaites ni épopées sanglantes.
Seulement avec l’intention pour laquelle le vélo a été inventé : un jeu merveilleux qui unit tout le monde, comme un signe de paix.

PASSO FEDAIA

Passo Fedaia – un autre cadeau

La première fois que le Giro d’Italia a affronté le Passo  Fedaia, c’était en 1970, le 5 juin.
Cela aurait déjà dû avoir lieu l’année précédente, à l’occasion de l’étape Trento-Malga Ciapela, mais ces débuts furent repoussés par le mauvais temps : neige et vent sur les sommets, pluie et grêle au fond de la vallée, étape annulée.
Mais Torriani – qui avait amené le Stelvio sur la Corsa Rosa en 1953, et le Gavia dans les années 1960 – tenait particulièrement à cette arrivée au pied de la Marmolada, la reine des Dolomites.
Il y tenait tellement qu’exactement douze mois plus tard la Caravane était de retour, et cette fois une belle journée ensoleillée l’attendait.
Merckx portait la Maglia Rosa, son coéquipier Zilioli s’échappait avant d’être repris et la victoire s’est jouée entre six coureurs, Gimondi, Merckx, Bitossi, Dancelli, Vandenbossche et Gosta Pettersson.
Michele Dancelli et sa Maglia Ciclamino émergeaient en vainqueurs après une accélération à 500 mètres de l’arrivée.
Il est curieux, cependant, que la première fois que le Giro a affronté la Marmolada, le Fedaia n’a pas vraiment été escaladé.
Les 9 premiers kilomètres ont été gravis, de Caprile à Malga Ciapela en passant par le spectaculaire Serrai di Sottoguda (un étroit canyon creusé dans la roche par le ruisseau Pettorina), mais il restait encore 5 kilomètres pour atteindre le col.
Les 5.000 mètres les plus durs, les plus sélectifs, peut-être les plus exigeants de toutes les Dolomites.
Juste après Malga Ciapela, au détour d’une courbe sur la droite, l’ascension jette le masque et montre son pire visage : d’abord une ligne droite de près de trois kilomètres avec une pente moyenne d’environ 12% et des pics à 16, puis encore 2.500 mètres de virages en épingle à cheveux avec des pentes toujours supérieures à 10%.
Torriani le savait bien, et il décida qu’il garderait cette difficulté pour l’avenir, comme pour apprécier la merveille du Fedaia petit à petit.
Ce fut enfin le cas en 1975, dans l’avant-dernière étape du Giro, Pordenone-Alleghe, avec  les ascentions de Staulanza, Colle Santa Lucia, Fedaia et Pordoi au programme.
Ce jour-là, la Maglia Rosa Fausto Bertoglio a peiné dans cette ligne droite infernale, mais il a tout de même réussi à défendre son bien contre les attaques de Galdos et De Vlaeminck, vainqueur de l’étape.
Mais celui dont on veut se souvenir aujourd’hui, c’est Giancarlo Polidori, un rouleur des Marches qui courait pour l’équipe Furzi.
Il fut le premier à franchir les 2057 mètres du Passo Fedaia, à longer le lac et à voir avec des yeux de coureur le glacier qui monte jusqu’au sommet de la Reine des Dolomites.
Il était donc le premier à profiter du nouveau cadeau offert par Vincenzo Torriani au Giro d’Italia et, par-delà, à tout le cyclisme mondial.

PASSO PORDOI

Passo Pordoi – alliance et rivalité

Les histoires du Passo Pordoi et du Giro d’Italia sont désormais si liées, entrelacées, superposées dans la mémoire collective qu’il semble presque impossible de se souvenir de leur première rencontre.
Pourtant, il y a une date, évidemment, le 5 juin 1940.
17e étape du Giro, Pieve di Cadore-Ortisei.
Le débutant Coppi était parti de Milan en tant qu’équipier de Bartali mais, étape après étape, les rôles se sont inversés et ce jour-là, c’est Fausto qui porte la Maglia Rosa, avec Gino qui court pour le soutenir.
Les deux s’échappent et font immédiatement le vide autour d’eux.
Sur les premières rampes du Pordoi, cependant, le jeune Coppi traverse un moment difficile, il semble vouloir s’arrêter, plutôt que d’attaquer cette dernière montée, jeter son vélo et monter dans le vaisseau amiral.
Bartali l’attend, l’aide, l’éperonne, prend de la neige et la lui jette pour qu’il se reprenne, et il le fait. Premier au sommet, Bartali remporte l’étape, tandis que Coppi, grâce à l’expérience de cet équipier de luxe, met définitivement la main sur le Giro.
On le comprend déjà, cet épisode suffirait à comprendre la relation entre le Pordoi et la Corsa Rosa : la crise de Fausto précisément sur ces rampes, l’année de sa première victoire ; le début de ce qui allait devenir le duel le plus passionné de l’histoire du cyclisme, et bien plus.
Cela suffirait déjà, mais il y avait bien d’autres occasions de renforcer ce lien, comme ce fut le cas le 12 juin 1947, par exemple.
Le Giro partait de Pieve di Cadore pour atteindre Trente, après 194 kilomètres à travers les “monti Pallidi”, avec les ascensions de Falzarego et du Pordoi.
Cette fois, la Maglia Rosa était portée par Bartali.
Coppi, deuxième, était à 2’40”.
Comme sept ans auparavant, c’était la 17e étape, peut-être la dernière permettant de réécrire le classement.
Comme sept ans auparavant, les deux partent et ils sont bientôt seuls sur Falzarego.
Mais sur sa route, Ginetaccio essuie un saut de chaîne, son ancien coéquipier en profite et entame un exploit qui l’a rendu célèbre.
Il franchit le Falzarego, seul, et gagne du temps dans la vallée, mais c’est sur le Pordoi que Coppi augmente son de façon irrésistible, pour arriver à Trente après 150 km d’échappée solitaire avec 4’24” sur son dauphin, Magni.
Surtout, il arrache définitivement la Maglia Rosa à Bartali.
Le Passo Pordoi a ensuite vu passer le Giro d’Italia 38 fois, a accueilli 4 arrivées d’étape et a été 13 fois Cima Coppi, devenant progressivement progressivement un rendez-vous fixe, un passage obligatoire pour les coureurs et les passionnés – à tel point qu’il semble maintenant presque impossible de se rappeler comment et quand cette légende a commencé.
Mais maintenant, nous savons.
Tout a commencé grâce à l’alliance et la rivalité entre les deux plus grands champions de l’histoire de notre cyclisme.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor

official partners

official licensees