Voir tout
Voir tout

Colle delle Finestre

Le courage fou

Le matin du 25 mai 2018, Chris Froome avait perdu le Giro d’Italia, ou presque. À trois étapes de l’arrivée, y compris la dernière parade à Rome, le leader du Team Sky était quatrième au général, à 3’22’’ du leader Simon Yates. Il était également devancé par Pozzovivo et Dumoulin.

Au départ, Froome a dû se dire qu’il n’y avait pas de grande différence entre finir 4e et 11e. Il était là pour gagner, et il était prêt à tout donner, à saisir sa chance pour un accomplissement mémorable.

L’étape à venir, avec le Colle delle Finestre en tant que Cima Coppi, allait servir ses intentions.

Il s’avançait vers une des montées les plus difficiles et belles d’Europe, un serpent de 18km traversant les bois du Val di Susa au Val Chisone, d’abord sur le goudron, puis sur le “sterrato” pendant les 8 derniers km.

Tout de même, au moment de signer la feuille de départ, de poser pour les photos d’avant-course et de se présenter sur la ligne à Venaria Reale, une voix murmurait peut-être dans son oreille : “Chris, le Colle delle Finestre est une montée longue et brutale, mais l’arrivée est 75km plus loin. Tu as de la chance, Sestrières arrive au pied de la descente, mais ensuite ? Il te restera plus de 30km de faux-plat avant les 9 derniers km de Jafferau. Chris, tu es sûr ?”

Il était déterminé. Sa décision était déjà prise. Toute l’équipe le soutenait. Ses coéquipiers allaient augmenter l’allure sur le goudron, et dès qu’ils arriveraient sur la route empierrée, Chris partirait. Ses assistants l’attendraient à chaque kilomètre, pour lui tendre des bidons, des barres énergétiques et tout ce dont il avait besoin. Il allait triompher ou prendre une raclée. Il n’y avait plus de juste milieu.

Clairement, ses rivaux n’avaient aucune idée de l’ampleur de ce que Froome préparait, une offensive grandiose, audacieuse, folle et incroyable.

Yates, le leader de la course, a été le premier à voir que quelque chose se préparait. Le rythme étouffant imposé par les équipiers du “Kényan blanc” était trop soutenu : il fut le premier à craquer.

Il allait perdre plus de quarante minutes, et son rêve en Rosa s’envolait.

Les foules massées sur les pentes de “sterrato” ne pouvaient pas non plus imaginer ce qui allait arriver.

Quand les spectateurs ont vu un coureur s’avancer en solitaire – une figure longue et fine comme les mélèzes au bord de la route, au maillot blanc comme les blocs de neige sur les cimes environnantes – beaucoup ont dû se dire : “Le Team Sky est courageux d’envoyer Wout Poels à l’avant !”

Lorsque ce coureur s’est avancé, avec ses coudes écartés, sa pédalée aisée et sa tête inclinée, ils l’ont fixé avec incrédulité comme s’ils étaient témoins d’un événement extraordinaire, inimaginable dans le cyclisme moderne. Ce coureur audacieux qui s’était détaché à 83km de l’arrivée n’était pas un lieutenant. C’était le leader lui-même.

Ce que Chris Froome a accompli ce jour-là est resté comme l’un des plus grands exploits des dernières décennies. Une entreprise au courage fou qui lui a offert la victoire d’étape et la Maglia Rosa.

Le Colle delle Finestre et le Giro d'Italia

2018:  étape 19, Venaria Reale – Bardonecchia Jafferau

PREMIER COUREUR AU SOMMET: Christopher FROOME

L’assaut historique de Froome.

Le porteur de la Maglia Rosa, Yates, craque rapidement : à 86km de l’arrivée, dans la montée du Colle delle Finestre, il ne parvient plus à suivre le peloton et se retrouve soudainement distancé. Il franchit le sommet avec plus d’un quart d’heure de retard. À 80km de l’arrivée, sur un passage non goudronné du Finestre, Froome se lance. Tom Dumoulin et Thibaut Pinot sont les derniers à craquer. Froome est seul au sommet, avec une quarantaine de secondes d’avance sur Pinot, Carapaz, Lopez et Pinot. En retrait, Pozzovivo est à la dérive. Froome insiste dans la descente et porte son avance à 1’50’’ dans la vallée. L’écart grimpe à 2’40’’ dans la montée de Sestrières. La Maglia Rosa de Dumoulin n’est plus qu’à 10 secondes. Le Néerlandais cherche à organiser la poursuite avec le soutien de Reichenbach, équipier de Pinot. Dumoulin est épuisé. Lopez et Carapaz ne participent pas à la poursuite, dont le poids repose entièrement sur le leader de la course, Pinot et Reichenbach. À l’assaut de la montée finale, Froome est leader virtuel : il a porté à 3’20’’ son avance sur Dumoulin et les autres. Sur le Jafferau, Pinot, Carapaz et Lopez attaquent tour à tour, mettant en difficulté Dumoulin, qui monte à son rythme et se retrouve deuxième du classement général, à 40’’ de Froome. Pinot monte à la troisième place, à 4’17’’.

Yates finit l’étape en larmes, avec un retard de près de 39 minutes.

  • Pier Bergonzi (Gazzetta) compare l’envolée de Froome à celle de Coppi dans l’étape Cuneo-Pinerolo de 1949.
  • En raison d’un éboulement, la course emprunte l’autoroute pendant quelques kilomètres.
  • Aru abandonne au départ de l’étape.

2015:  étape 20, Saint-Vincent – Sestriere

PREMIER COUREUR AU SOMMET: Mikel LANDA MEANA

2011:  étape 20, Verbania – Sestriere

PREMIER COUREUR AU SOMMET: Vasil KIRYIENKA

Contador est en défaillance sur le sterrato du Colle delle Finestre, mais il gère son effort et contrôle l’écart sans s’effondrer. Dans l’ascension finale, Aru attaque à 2km du sommet, distance tout le monde et s’impose en solitaire. Il gagne 2’25’’ sur Contador, qui conserve la Rosa pour 2’02’’ et file vers la victoire finale.

2005:  étape 19, Savigliano – Sestriere

PREMIER COUREUR AU SOMMET: Danilo DI LUCA

Épilogue spectaculaire sur le sterrato du Colle delle Finestre : Rujano, Di Luca et Simoni attaquent Savoldelli, qui s’efforce de maintenir un rythme régulier et de s’alimenter. Au sommet, Simoni est porteur virtuel de la Maglia Rosa, mais Savoldelli trouve des alliés à force de reprendre des coureurs dans la descente. Dans le final vers Sestrières, les crampes saisissent Di Luca puis Simoni. Rujano remporte l’étape et Savoldelli limite les dégats pour s’offrir son deuxième Giro.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor