Voir tout
Voir tout

Un MVDP peut cacher Oldani

19/05/2022

Sur la route de Gênes, on a (encore) beaucoup vu Mathieu Van der Poel. Mais à l’arrivée dans la Superbe, c’est un autre coureur d’Alpecin-Fenix qui a levé les bras, deux semaines après le succès inaugural de MVDP en Hongrie : Stefano Oldani, venu signer avec la manière son premier succès professionnel, à 24 ans, au bout de la 12e étape du Giro d’Italia 2022. Jeudi, le jeune Italien a devancé Lorenzo Rota et Gijs Leemreize après une nouvelle journée menée à très vive allure.

On savait qu’avec Mathieu devant, beaucoup de gars se concentreraient sur lui“, a commenté le héros du jour au moment de livrer les clés de son succès. “On a très bien joué le coup, on était la seule équipe avec trois coureurs devant.” En plus d’Oldani et MVDP, Oscar Riesebeek faisait partie du groupe de 25 hommes qui s’était détaché après deux heures de bataille à l’avant. À l’arrivée, la force du nombre a payé.

Des mathématiques à toute allure

Dès le départ de Parme, pour 204km musclés en direction de Gênes (2.600m de dénivelé), il était clair que les Alpecin-Fenix voulaient être présents en nombre à l’avant. MVDP et sa bande sautaient dans tous les coups, mais ils devaient composer avec de nombreux autres candidats à l’échappée. Attaque, contre-attaque, poursuite, nouvelle accélération… Près de 55km étaient avalés dans la première heure de course, pour la plus grande incrédulité de Juan Pedro Lopez (Trek-Segafredo), porteur de la Maglia Rosa pour la huitième fois depuis le départ de Budapest (la 13e étape, vers Cuneo, portera son compteur à 9).

Les Groupama-FDJ en profitaient pour mener Arnaud Démare vers 12 points supplémentaires pour conforter sa Maglia Ciclamino, à Borgo Val Di Toro (km 56,9). Les Alpecin-Fenix relançaient immédiatement leur offensive. Enfin, le bon coup partait, ou presque. Les 22 hommes à l’avant étaient rejoints par trois autres compagnons dans la première ascension du jour, le Passo del Bocco (3e caté, sommet au km 97,6), où Jasha Sütterlin perdait le contact. 22+3-1=24 coureurs pour prendre le large.

Une journée d’émotions

Le directeur du Giro d’Italia, Mauro Vegni, avait lui-même pris de l’avance sur ce groupe de fuyards. Dans la descente du Passo del Bocco, emprunté pour la première fois depuis 2011, le directeur de la course rendait hommage à Wouter Weylandt, qui y fut victime il y a 11 ans d’une chute mortelle. Un autre moment chargé d’émotions attendait la Corsa Rosa à l’approche de Gênes, avec la traversée du Ponte San Giorgio, là où 43 personnes sont décédées dans l’effondrement d’un viaduc en 2018.

À ce moment-là, Oldani était à l’avant avec Gijs Leemreize et son ami Lorenzo Rota, qui avait lancé l’attaque décisive dans l’avant-dernière ascension du jour, La Colletta (3e caté, km 151,7). Les trois hommes s’entendaient dans le Valico di Trensasco (3e caté, km 173,4) pour résister à leurs premiers poursuivants, parmi lesquels Wilco Kelderman, venu reprendre huit minutes pour se replacer dans le top 10 au classement général. Le Néerlandais a en revanche été impuissant au moment de disputer la victoire d’étape. Devant, c’était le jour d’Oldani.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor