Voir tout
Loading...
Voir tout

L’aisselle de la victoire

27/05/2021

Rovereto-Stradella. Un lunghissimo spartito

C'était l'étape la plus rapide du Giro, et les coureurs ont accéléré pour atteindre Medole, au kilomètre 83, tel un afflux d'immigrants fuyant la famine à Brescia au 15e siècle.

Un jugement de 1481 a établi que les immigrants vers Medole devaient être traités comme des étrangers, avec des droits limités, jusqu’à ce qu’il soit écoulé 150 ans depuis l’arrivée du premier membre de la famille. 90 ans plus tars, 110 familles d’immigrants ont écrit au duc de Mantoue pour être libérées de ces contraintes. Il a confirmé les privilèges des autochtones, et le peloton a quitté la ville aussi vite qu’il y était arrivé, sans prendre une seconde pour admirer les oeuvres du Titien ou de Mantegna, dont les trésors sont conservés dans l’église paroissiale.

C’était aussi l’étape le plus longue, une étape de vin, de poésie et de musique, et, tel un mille-pattes entraîné par le sourire de Filippo Ganna, le peloton s’est étiré en file indienne à travers Ala, où Mozart a résidé, Castel Goffredo, le lieu de naissance de Virgile (et la capitale italienne de la lingerie), et Cremona, la ville de Stradivarius et Guarnieri.

Il a fallu 29 kilomètres à 23 coureurs pour remporter la loterie du jour et prendre place dans l’échappée. Peter Sagan n’en faisait pas partie. “Ça n’avait pas de sens pour moi”, expliquait-il, “parce que si je vais dans l’échappée, Gaviria et Cimolai aussi vous savez ? C’est mieux de… Bon, ça dépend toujours de vos objectifs, et maintenant je vise la Maglia Ciclamino et les choses sont comme elles sont.”

La course s’est relancée quelques heures plus tard dans la montée de Cantú Beccaria, à 33,5km de l’arrivée, quand Samuele Battistella et Filippo Zana ont rompu l’accord de non-agression entre les échappés. À 26km de l’arrivée, les différents groupes se sont recomposés et Cavagna s’est envolé, creusant un écart d’une demi-minute. À 14km de l’arrivée, Alberto Bettiol, vainqueur du Tour des Flandres, soutien brillant pour Hugh Carthy en montagne sur ce Giro, est parti à sa poursuite.

Lors qu’on a expliqué au gregario toscan, après l’étape, qu’il avait dû “reprendre Rémi Cavagna, qui est un des meilleurs spécialistes du contre-la-montre au monde”, il a répondu : “Oui, mais je suis aussi un des meilleurs spécialistes du contre-la-montre au monde, donc…”

À 6,9km de l’arrivée, Bettiol a fait la jonction. À 6,6km, Cavagna explosait. Bettiol s’envolait, suivi à faible distance par Nico Roche, mais l’Irlandais n’est jamais véritablement revenu et a concédé la deuxième place à Simone Consonni dans les 100 derniers mètres.

Ganna, le gentil géant, a mené le groupe Maglia Rosa à l’arrivée 23’30” après ce qui est peut-être la victoire la plus populaire de cette épreuve, par le charmant Toscan Alberto Bettiol, vêtu d’un maillot conçu comme un patchwork de drapeaux, à l’image du peloton. Pendant que Bettiol saluait Roche (“un ami, mais il ne m’a pas aidé dans le final, c’est OK, mais je l’ai lâché dans la dernière montée”), les supporters colombiens relevaient sur les réseaux sociaux que leurs couleurs s’affichaient sous l’épaule de Bettiol, expliquant avec humour que cette victoire leur revenait, ou au moins son aisselle. Les deux dernières étapes de montagne détermineront ce que la Colombie peut vraiment remporter sur ce Giro.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor