Voir tout
Loading...
Voir tout

Paret-Peintre, Leknessund : leur bonheur était dans l’échappée

09/05/2023

On trouve de tout sur les routes du Giro d’Italia, y compris de superbes surprises pour magnifier une journée de course particulièrement intense, mardi, entre Venosa et Lago Laceno. À l’occasion de la 4e étape, Aurélien Paret-Peintre (AG2R Citroën) et Andreas Leknessund (Team DSM) se sont lancés dans une belle aventure sur les sommets du jour. Le jeune Norvégien partait à la poursuite d’une victoire d’étape, son ambition à l’occasion des trois semaines de la Corsa Rosa, quand son aîné français remisait au second plan son objectif d’un bon classement général pour mieux chasser un premier bouquet pour son équipe.

À l’arrivée, Paret-Peintre s’est effectivement imposé… Et Leknessund a pris la Maglia Rosa portée jusqu’à présent par Remco Evenepoel (Soudal-Quick Step). Doit-on en conclure que les deux fuyards (accompagnés dans leur entreprise par Toms Sukjins, Vincenzo Albanese, Amanuel Ghebreigzabhier, Nicola Conci et Warren Barguil, tous distancés dans l’ascension finale) ont perdu le fil qui les guidait en début de Giro ? Leurs émotions à l’arrivée disent tout le contraire : avec ses premiers sommets de 2e catégorie, la Corsa Rosa leur a offert un superbe terrain de jeu et de magnifiques cadeaux à l’arrivée.

Toutes les émotions d'AG2R Citroën

Paret-Peintre a même pu jouer de cette situation inattendue : dans le final, il a laissé Leknessund assumer la responsabilité de la poursuite de la Maglia Rosa pour mieux se concentrer sur le sprint. “C’était super dur dans la dernière montée mais ensuite je savais que mon compagnon partait pour la Maglia Rosa et que la victoire d’étape était pour moi”, souriait le vainqueur, auteur de son troisième succès professionnel, le premier en dehors de France. Et une victoire ne peut pas faire de mal à ses ambitions au général : il se replace au 3e rang (+30’’), seulement devancé par Evenepoel et Leknessund.

De quoi ravir une équipe AG2R Citroën dont la journée avait commencé dans la douleur. Paul Lapeira avait brillamment débuté le Giro en s’échappant dans la 2e étape et en s’offrant la Maglia Azzurra de leader du classement de la montagne. Né fin mai, il espérait fêter son 23e anniversaire à Rome, pour l’arrivée du Giro. Mais le jeune Normand est tombé malade hier, explique son équipe, et le rythme affolant de la première partie d’étape (46,3km parcourus dans la première heure de course, et l’échappée est partie au bout de 80km de bagarre) a précipité son abandon. Espérons qu’il s’est consolé avec le triomphe de Paret-Peintre.

La Rosa pour Leknessund, l'arc-en-ciel pour Evenepoel

Leknessund a lui fondu en larmes sur le tarmac qui accueillait les coureurs après 175km frénétiques. Il n’était pas question de désillusion mais bien de réalisation : à 23 ans, il est le deuxième Norvégien à prendre la Maglia Rosa dans toute l’histoire du Giro, quatre décennies après Knut Knudsen. Et il n’a pas besoin de remonter aussi loin pour percevoir la résonance de cette tunique : “Si on regarde qui a porté la Maglia Rosa ces derniers jours et l’impact qu’elle a, c’est un grand jour dans ma carrière.”

Après avoir contrôlé la journée avec son équipe et franchi la ligne 2 minutes après les vainqueurs, Evenepoel retrouve pour sa part une autre tunique mythique : l’arc-en-ciel, qu’il n’avait pas porté jusqu’à présent sur le Giro, puisqu’il avait pris la Maglia Rosa dès le contre-la-montre d’ouverture (sur lequel il portait un maillot noir-jaune-rouge de champion de Belgique). Les tifosi sont prévenus : ils pourront admirer la tunique irisée mercredi entre Atripalda et Salerno (171km), sur un terrain où les attaquants vont encore pouvoir s’en donner à coeur joie.

REJOIGNEZ
LA COMMUNAUTÉ
#giroditalia

top sponsor