Voir tout
Voir tout

Montée en pression

27/05/2022

Avant d’attaquer le dernier week-end du Giro 2022, dans les Dolomites et à Vérone, de nouveaux sommets se dressaient sur la route des coureurs vendredi, en Italie et en Slovénie. Un terrain de jeu idéal pour Koen Bouwman, vainqueur de la 19e étape au sanctuaire de Castelmonte et fier porteur de la Maglia Azzurra. Richard Carapaz, Jai Hindley et Mikel Landa en ont également profité pour s’attaquer… Mais le trio majeur de la Corsa Rosa a rallié l’arrivée ensemble, à 3’56’’ du vainqueur du jour.

Bouwman s’offre sa deuxième victoire sur le Giro, deux semaines après avoir levé les bras à Potenza (7e étape). Cette fois, il a pris le meilleur sur Mauro Schmid et Alessandro Tonelli, membres de l’échappée de douze coureurs qui a ouvert la route entre Marano Lagunare et Santuario di Castelmonte (178km). Il est désormais assuré de remporter le classement de la montagne s’il finit l’épreuve sans encombre. Pour la Maglia Rosa, tout reste à faire, avec 3 secondes d’écart entre Carapaz, toujours leader, et Hindley. Landa reste à 1’05’’.

Une belle association de baroudeurs en Slovénie

Le départ, sur le plat, a fait émerger une échappée de costauds. Bouwman était accompagné de son équipier Edoardo Affini (2e hier à Trévise), et de Magnus Cort Nielsen (3e). On retrouvait également un sprinteur en la personne de Fernando Gaviria.  Andrea Vendrame, Davide Ballerini ou Edward Theuns apportaient leur résistance. Le tout jeune Tobias Bayer espérait faire parler sa polyvalence, tout comme Mauro Schmid, vainqueur d’étape l’an dernier à Montalcino, et Alessandro Tonelli. Après avoir travaillé pour Arnaud Démare dans les étapes de plaine, Clément Davy était également à l’avant pour favoriser les intérêts du grimpeur Attila Valter.

Ce bel assemblage creusait un écart de plus de 10 minutes avant de voir la Bora-Hansgrohe de Jai Hindley prendre les commandes du peloton dans les premières difficultés du jour, les ascensions de 3e catégorie de Villanova Grotte (sommet au km 74,9) et du Passo di Tanamea (km 94,3). Bouwman passait en tête à chaque fois, et l’échappée maintenait un écart de plus de 8 minutes au moment de s’engager sur le sol slovène (du km 101,1 au km 138,7) et de s’avancer vers la principale difficulté du jour : le Kolovrat, long de 10,3km avec une pente moyenne à 9,2% (1re caté, km 134,6). Pendant ce temps-là, le peloton perdait de nombreuses unités, et notamment Richie Porte, contraint à l’abandon (Ineos Grenadiers a annoncé que l’Australien était malade).

Dernières escarmouches

Après le Kolovrat, il restait cinq coureurs à l’avant : Bouwman, Schmid, Tonelli, Valter et Vendrame. Avec un écart toujours supérieur à six minutes, le Gruppo Maglia Rosa, réduit à une vingtaine d’unités, devait se résoudre à laisser les échappés se disputer la victoire d’étape. Tout le monde allait s’expliquer dans la montée finale du Santuario di Castelmonte (2e caté) : 7,1km à 7,8%, avec un passage à 14%.

Tonelli a bien tenté de distancer ses compagnons d’échappée, mais Bouwman a fait parler son explosivité dans le final tortueux. Carapaz a accéléré à 2km du sommet, Landa a contré, mais Hindley les a suivis et les trois sont arrivés ensemble. Samedi, leur affrontement se poursuivra à très haute altitude.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor