Voir tout
Loading...
Voir tout

Giro d’Italia 2021, Étape 7: Notaresco – Termoli. Un coeur de vainqueur

13/05/2021

Franco Bitossi peut se targuer d’un palmarès étincelant avec 171 victoires, parmi lesquelles des étapes du Tour et du Giro, Il Lombardia… Il s’imposait partout, ou presque

Pourtant, on se souvient surtout de lui pour un sprint perdu. Sa carrière, sa route vers la gloire, tout a commencé à Termoli, en octobre 1961. “C’était une demi-étape des Tre Giorni del Sud. Je me souviens de ma première victoire comme si c’était hier.” Bitossi s’était imposé à Termoli avec un sprint parfait pour dominer ses adversaires tel un seigneur médiéval à l’ombre du Castello Svevo. Comme Frédéric II de Souabe, sacré empereur à 18 ans, il se couvrait immédiatement de gloire, vainqueur dès sa troisième course professionnelle, mais il lui a ensuite fallu du temps pour s’illustrer pleinement. Il lui fallait d’abord maîtriser un “ami” très proche mais douteux.

Bitossi a toujours eu un coeur fou, depuis l’époque où il traversait l’Arno en bateau pour aller travailler jusqu’à ses années amateur, lorsque les équipes ignoraient sa condition. Son coeur était plus gros, les médecins lui parlaient d’hypertrophie. Parfois, son coeur s’emballait pour battre comme un tambour pendant les courses. S’arrêter et attendre étaient les seules solutions. Il lui a fallu deux années pour comprendre que, lors des courses par étapes, ce problème disparaissait après quelques jours. Et en 1964, deux ans et demi après sa première victoire à Termoli, il remportait son premier Giro. Il n’allait plus s’arrêter. Il s immédiatement remporté quatre étapes, dont une reprise du parcours légendaire entre Cuneo et Pinerolo, une succession de montées et de descentes, comme un cardiogramme. C’était son empreinte unique.

Son coeur de coureur s’est peut-être arrêté après les Mondiaux 1972, lorsque Marino Basso l’a déposé au sprint à quelques dizaines de mètres de la ligne

“La victoire aurait été mon chef d’oeuvre. Cela restera une Joconde inachevée. Je suis la blague la plus connue du cyclisme.”Même après avoir reçu un tel coup, Franco a laissé son coeur ralentir, et il est reparti de plus belle.

Sur une photo célèbre, on le voit assis sur un trottoir, la main gauche tenant son vélo et la main droite sur la poitrine, en train de respirer profondément pour réguler son rythme cardiaque avant d’essayer de rejoindre le peloton. Bitossi a passé toute sa carrière en poursuite et il a réussi à battre Merckx, Anquetil et Gimondi. On se demande encore comment il a pu faire.

Franco Bitossi a suivi son coeur même après sa retraite. De retour dans ses douces collines toscanes, il a passé plus de vingt ans à prendre soin de ses oliviers. “Ils m’ont rendu encore plus heureux que le cyclisme. Les deux demandent beaucoup d’efforts mais au moins les oliviers n’ont pas besoin d’entraînement.” Il a tout de même repris la compétition, en tant que joueur de boules accompli, devenant champion d’Italie des plus de 60 ans. Un nouvel accomplissement dans une carrière pleine de succès et une vie heureuse. Franco Bitossi a fêté ses 80 ans en septembre. Dans quelques mois, il célèbrera le 60e anniversaire de sa première victoire à Termoli. Un coeur heureux, plus qu’un coeur fou.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor