Voir tout
Loading...
Voir tout

Giro d’Italia 2021, Étape 17: Canazei – Sega di Ala. Vous ne pouvez pas passer

25/05/2021

Stage 17: Canazei – Sega di Ala. You cannot pass

Étape 17: Canazei – Sega di Ala. Vous ne pouvez pas passer

Ernest Hemingway est venu en Italie pour la première fois en 1918, pendant la Première Guerre mondiale. Pendant son service en tant que volontaire, à secourir des soldats blessés sur le Monte Pasubio, il a rencontré Bartolomeo Aymo, un grand coureur des années 1920, monté quatre fois sur le podium du Giro. C’était l’archétype de l’antihéros que Hemingway valorisait tant : des crevaisons, des chutes, beaucoup de malchance. Bartolomeo Aymo est aussi un des chauffeurs d’ambulance dans L’Adieu aux armes, un hommage à sa carrière mouvementée. Une de ses plus belles citations dit que “la bicyclette est une chose splendide”. Le vélo était effectivement une merveille qui a éloigné Hemingway de la ligne de front. Il distribuait des lettres, du chocolat, des cigares et de la confiture aux soldats sur le champ de bataille lorsqu’il a été gravement blessé par une bombe (un son qu’il décrivit comme “une toux” et qui l’a marqué à vie.


Hemingway est retourné en Italie une deuxième fois en 1948. Le comte Federico Kechler l’avait invité à pêcher la truite. ils conduisaient à bord d’une Lancia bleue, en direction de Canazei, et se délectaient des vues merveilleuses du Sassolungo, du Passo Sella et de la Marmolada, quand un officier de police les a arrêtés. “Vous ne pouvez pas passer, le Giro d’Italia est en route.” Les coureurs avaient été pris sous une tempête de grêle dans la descente du Passo Rolle. La forêt, les nuages et la route étaient assombris. “Leurs freins crissaient comme des chatons qui appellent leur mère”, a écrit Dino Buzzati. Quand le soleil est apparu, Bartali a effacé la boue de son visage et croqué une banane. Coppi s’est échappé en direction de Canazei. Buzzati continuait : “Son visage s’est progressivement amaigri, alors que sa lèvre supérieure devenait raide, lui donnant l’air d’une souris prise dans un piège.” Certains auteurs ont un talent extraordinaire pour des descriptions vivantes.

 

Bartali avait déjà mordu dans sa banane et Coppi s’était déjà envolé vers la victoire quand Hemingway les a vu filer

C’était juste un instant, quelques coups de pédale, mais il était à nouveau happé. Il avait assisté à des Six jours à Paris, mais rien d’aussi enthousiasmant que la bataille entre Coppi et Bartali dans les Dolomites. Il était tellement émerveillé qu’il acheta immédiatement deux vélos pour lui et Kechler, et le duo se lança dans les montagnes.

 

Hemingway était secrètement passionné de cyclisme, Une passion qu’il gardait pour lui, incapable de créer un roman qui pourrait un tant soit peu retransmettre l’émotion débordante qui l’a envahi en voyant le Giro à Canazei. Il avait écrit avec réussite sur la guerre, sur les hommes qui esquivent les cornes des taureaux qu’ils affrontent, sur la bataille d’un pêcheur et d’un immense marlin dans l’Atlantique. Il avait débuté de nombreuses histoires autour des courses cyclistes mais il devait finalement admettre qu’il était impossible d’en écrire “une qui soit aussi bonne que les courses le sont”.

 

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor