Voir tout
Voir tout

Démare, incontournable

12/05/2022

On avait rarement vu Arnaud Démare (Groupama-FDJ) faire un sprint pareil. Le Français moissonne les bouquets de vainqueur depuis dix ans, tout particulièrement sur le Giro d’Italia. “Beaucoup de gens me sous-estiment, mais c’est quand même ma 86e victoire, la 7e sur le Tour d’Italie“, rappelle le principal intéressé, désormais le Français avec le plus grand nombre de succès sur la Corsa Rosa (devant Jacques Anquetil et Bernard Hinault, rien que ça). Mais un sprint pareil…

Au lendemain de son succès à Messine, après une belle poursuite sur les routes siciliennes, le Français affrontait un terrain plus favorable à ses qualités : 192km essentiellement plats jusqu’à la large ligne droite finale où son train allait le mettre sur orbite. Mais sur le Giro, l’exécution suit rarement le plan dessiné sur un tableau noir et Démare a dû slalomer entre ses rivaux pour sauter sur la ligne un expert du genre, Caleb Ewan (Lotto Soudal), encore malheureux dans ce début de Giro. Autre spécialiste des victoires dans un trou de souris, Mark Cavendish (Quick Step Alpha Vinyl) complétait un podium qui pèse 28 victoires sur la Corsa Rosa.

Sur la ligne, je me sens devant… Mais tant que la photo-finish n’est pas tombée, la victoire n’est pas là“, soufflait Démare, bien plus habitué à imposer sa puissance dans de longs sprints linéaires, comme mercredi. Pour une poignée de millimètres, ce jeudi, c’est bien lui qui récoltait les lauriers sur le podium de Scalea, après ceux de Modène (en 2019), Villafranca Tirrena, Matera, Brindisi et Rimini (en 2020).

Le solo de Rosa

À Messine, les circonstances avaient vu Démare lancer son sprint dans le sillage de Ramon Sinkeldam, poisson-pilote de luxe après l’élimination par l’arrière de Jacopo Guarnieri dans la principale difficulté du jour. Sur la route de Scalea, tous les Groupama-FDJ ont franchi la montée de l’Aeroporto Luigi Razza (4e caté, km 34,5) et Clément Davy a tranquillement mené la poursuite avec Thomas De Gendt (Lotto Soudal) et Pieter Serry (Quick Step Alpha Vinyl) derrière le seul échappé du jour.

Avant de voir Démare signer son neuvième succès italien (ajoutez Milano-Sanremo et Milano-Torino à ses victoires sur le Giro), le héros de la 6e étape était Diego Rosa (Eolo-Kometa), parti à l’attaque après une vingtaine de kilomètres, et auteur d’une échappée solitaire de 145km dans les plaines de Calabre. Le Piémontais, réputé pour ses talents de grimpeur, n’était pas tout à fait dans son élément, mais il a dicté le ton pendant près de quatre heures avant de laisser la parole aux sprinteurs.

À ce jeu de vitesse, Démare est le premier à atteindre les deux succès sur le Giro 2022. Il en profite pour conforter sa Maglia Ciclamino, avec 147 points, contre 94 pour Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), dans le top 5 de l’étape pour la 4e fois depuis le départ de Budapest. L’Érythréen trouvera un nouveau terrain de jeu vendredi, avec plus de 4.500m de dénivelé entre Diamante et Potenza ! Un terrain idéal pour de grandes offensives. Après avoir savouré sa Maglia Rosa pendant deux jours, Juan Pedro Lopez (Trek-Segafredo) est prévenu.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor