Voir tout
Voir tout

Coup de maître à Trévise

26/05/2022

La dernière chance pour les sprinteurs n’aura pas existé. Arnaud Démare, Mark Cavendish et autres Fernando Gaviria ont eu beau surmonté les sommets alpins du début de semaine avec l’ambition de se disputer la victoire jeudi à Trévise, ils ont buté sur une grande échappée, conclue victorieusement par Dries de Bondt au bout de la 18e étape du Giro d’Italia 2022, longue de 156km entre Borgo Valsugana et Trévise.

Au classement général, la principale information de la journée a été le retrait de Joao Almeida, dont l’équipe UAE Team Emirates a annoncé qu’il était positif au Covid-19 après avoir souffert de maux de gorges pendant la nuit. Juan Pedro Lopez, qui a hérité de la Maglia Bianca, a été pris dans une cassure dans le final à très vive allure, tandis que Jai Hindley subissait une crevaison dans les trois derniers kilomètres.

Pourtant, le peloton était vite en action

Les équipes de sprinteurs ont vite compris qu’elles allaient d’avoir s’employer pour maîtriser la fougue des baroudeurs sur la route de Trévise. On comptait les candidats à l’échappée par dizaines, mais les Groupama-FDJ, Quick-Step Alpha Vinyl et DSM parvenaient à contenir le nombre d’échappés à quatre : Dries de Bondt, Davide Gabburo, Magnus Cort Nielsen et Edoardo Affini.

Petit, mais très costaud, ce groupe d’attaquants ne rassurait pas tout à faire le peloton, qui s’employait à contenir l’écart autour des 2 minutes. Mais à ce petit jeu, les hommes de tête se sont laissé faire, avant de placer une vive accélération avant la principale ascension du jour, le célèbre Muro di Ca’ del Poggio. Au sommet, l’écart était de 2’30’’. Il restait 54km à avaler jusqu’à l’arrivée à Trévise.

Place aux grimpeurs

À peine une heure plus tard, De Bondt franchissait la ligne en vainqueur à Trévise, devant Affini et Cort Nielsen, tandis qu’Alberto Dainese réglait le sprint du peloton pour la 5e place. Les équipes de sprinteurs ont tout donné, mais elles ont buté sur des experts. Victime d’un grave accident qui l’a plongé dans le coma en 2014, champion de Belgique en 2020 et désormais homme à tout bien faire aux côtés de Mathieu Van der Poel, De Bondt offrait aux Alpecin-Fenix un troisième succès sur ce Giro.

Les sprinteurs pouvaient aussi afficher leur incrédulité, frustrés pour 14 secondes malgré un investissement sans faille. Les hommes rapides ont laissé passer leur chance. Place aux grimpeurs pour deux étapes décisives avant le contre-la-montre final à Vérone.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor