Voir tout
Loading...
Voir tout

Le nouveau prince Oranje

12/05/2024

La maison d’Orange et la Corsa Rosa sont historiquement liées, qu’il s’agisse des nombreuses conquêtes menées par les Néerlandais en Italie, à l’instar de la victoire de Tom Dumoulin sur le Giro 100 ou du show Mathieu van der Poel il y a deux ans, ou des visites de la Carovana dans le nordé l’Europe, le plus récemment avec la Grande Partenza d’Apeldoorn, en 2016. La première victoire Oranje sur le Grand Tour italien remonte au 12 mai 1953, lorsque Wim van West s’était imposé à Abano Terme… Et la dernière en date a été signée le 12 mai 2024, exactement 71 ans plus tard, par Olav Kooij, dans le décor mythique napolitain.

Mieux, le sprinteur de la Visma-Lease a Bike est le plus jeune Néerlandais à s’imposer dans toute l’histoire du Giro, à 22 ans 6 mois et 25 jours. Il est également le premier Néerlandais à remporter un sprint en un quart de siècle (le dernier à triompher dans cet exercice était Jeroen Blijlevens, à Messine en 1999). Voilà pour l’histoire. Voilà qui fait rêver, les suiveurs comme le vainqueur : “C’était dur mais je voulais vraiment cette première victoire sur un Grand Tour et j’espère qu’il y en aura plein d’autres à l’avenir.”

Et la Maglia Rosa de Pogačar surgit

Pour s’imposer à Naples, au neuvième jour de ce 107e Giro, Kooij a dû parcourir pas moins de 214 kilomètres, le compteur dépassant les 200 bornes pour la première fois de ce Giro. Il a dû, avec ses équipiers, contenir la grande échappée du jour, menée par un duo de la Polti Kometa : Mirco Maestri et Andrea Pietrobon. Il a également dû surmonter les pièges d’un final accidenté, quand Geraint Thomas (Ineos Grenadiers) tâtait le bitume, Laurence Pithie (Groupama-FDJ) essuyait un incident mécanique et Tim Merlier (Soudal Quick-Step) souffrait dans les reliefs.

Enfin, il a dû répondre aux puncheurs qui ont secoué le final. Inspiré, Julian Alaphilippe (Soudal Quick-Step) a ouvert les hostilités. Tranchant, Jhonatan Narvaez (Ineos Grenadiers) l’a contré à 7,5 km de l’arrivée. Avec 12 secondes de marge à la flamme rouge, l’Équatorien semblait bien parti pour s’offrir un deuxième succès dans cette édition, une semaine après sa victoire en ouverture à Turin. Mais la Maglia Rosa de Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) a surgi pour lancer son sprinteur Juan Sebastian Molano et condamner l’offensive de Narvaez.

REJOIGNEZ
LA COMMUNAUTÉ
#giroditalia

top sponsor