Voir tout
Loading...
Voir tout

Le rebond de Bernal !

30/05/2021

Egan Bernal, Salire a le stelle- Tappa 21 del Giro d'Italia 2021

Lorsqu'une crevaison est venue ponctuer la performance de Filippo Ganna, Rémi Cavagna a entraperçu une rare opportunité de remporter un contre-la-montre face au géant italien.

Mais le Français en a fait trop dans le dernier kilomètre, oubliant le virage à gauche à 500m de la ligne, et il a filé droit dans les barrière. Après l’étape, Ganna, le seul coureur à avoir remporté cinq contre-la-montre consécutifs dans l’histoire du Giro, observait : “On a joué avec les mêmes cartes, et le résultat est le même que si je n’avais pas eu de crevaison et lui pas de chute.”

Si un chrono d’une demi-heure peut susciter autant de drama, combien de fois tout peut-il se dérégler pendant 86 heures ? Et même 86 heures, 17 minutes et 28 secondes, le temps de Bernal après trois semaines de course. Parfaitement posé sur son vélo de contre-la-montre, Egan a concédé 30 secondes à Damiano Caruso, ce qui était attendu, en gros. Il a pris 52 secondes à Simon Yates, nettement plus que ce qui était envisagé. Après l’étape, Yates concédait sa défaite avec un bel esprit : “Je me suis retrouvé face à deux gars qui étaient bien plus forts que moi, j’ai fait de mon mieux et je suis donc évidemment très content.”

Dans le reste du top 10, Almeida a gagné deux places, et Bardet en a perdu autant. Le super lieutenant de samedi, Dani Martínez, a concédé 54” à Almeida, soit exactement l’avantage qu’il avait au départ de cette dernière étape. Le Colombien finit 5e au général pour 0,053 secondes.

Egan Bernal est devenu aujourd’hui le premier coureur à remporter le Giro en portant le dossard 1 depuis Miguel Indurain en 1992, et il a rejoint Bartali, Gimondi et Merckx comme les seuls coureurs à avoir remporté le Giro et le Tour avant leur 25e anniversaire. “C’est mon premier Giro et c’était très spécial de par la façon dont on a couru et dont je suis redevenu un prétendant après quasiment deux ans.”

Peter Sagan repart avec la Maglia Ciclamino et c’est “formidable. Il manquait à ma collection”. Avec sa Maglia Azzurra, Geoffrey Bouchard murmurait : “C’est magnifique de vivre des moments comme ça. J’en ai rêvé depuis que je suis gosse.”

Je ne sais pas si on a vu une seule course. Quand les sprinteurs entrent en action, les grimpeurs ne s’en mêlent pas. Quand les grimpeurs donnent tout, les sprinteurs et leurs soutiens se retrouvent littéralement à des kilomètres. Hormis les experts des équipes ProTeams, rares sont ceux qui s’aventurent dans les échappés. Les rôles sont soigneusement distribués et ils empiètent rarement les uns sur les autres.

Et c’est ainsi que nous atteignons la parousie, la fin des temps. Il y a, bien sûr, de nombreuses sortes de temps. Notre expérience moderne du temps nous donne matière à parler d’un “désir d’éternité”, qui permet de réunir en un ensemble cohérent les moments épars qui font sens. On rassemble ces éclats de temps et on s’y accroche face à notre destruction.

Pendant ce temps-là, comme relevé sur les réseaux sociaux, si le dos de Bernal (Bernal’s back) était l’un des faits majeurs de 2020, son retour (Bernal’s back!) est le grand événement de 2021.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor