Voir tout
Loading...
Voir tout

Egan maître du temps

19/05/2021

Mauro Schmid (Team Qhubeka Assos) a remporté la 11e étape du Giro d'Italia 2021 à Montalcino pendant qu'Egan Bernal (Ineos Grenadiers) livrait une formidable offensive et que Remco Evenepoel (Deceuninck - Quick-Step) perdait pied sur les merveilleuses routes blanches de Toscane.

Voici l’histoire de cette 11e étape, si on fait simple. Dans la montée de Castiglion del Bosco, sur le deuxième secteur “sterrato” du jour, Remco Evenepoel traînait à l’arrière du groupe Maglia Rosa, se retrouvait à faire le yoyo mais, avec son lieutenant Almeida à proximité, parvenait à rester dans les roues de Nibali et Ciccone, juste derrière Bernal et ses équipiers, pour retrouver l’asphalte vers Castelnuovo dell’Abate et attaquer la troisième “route blanche”. Juste avant la banderole des 25 derniers km, au milieu des nuages de poussière, Remco a reculé à la dernière place du groupe Maglia Rosa. Un écart s’est fait. Egan est remonté en tête de groupe et a augmenté l’allure. Remco a perdu le contact et le Giro.

Le reste sera sujet à controverse, surtout pour les supporters belges : pendant 5 km, Remco a roulé seul, avant de voir apparaître João Almeida devant lui sous la banderole des 20 derniers km. Quelques instants plus tard, Almeida le distançait et Remco retirait son oreillette (avant de la replacer quelques minutes plus tard). Mais les dysfonctionnements ont commencé bien plus tôt.

Déjà à l’approche du premier secteur gravel, alors que Filippo Ganna entraînait Egan Bernal dans son sillage à travers Torrenieri, Remco semblait placé un peu trop en retrait dans le peloton. On pouvait se demander si le coup était tactique : maintenir l’équipe groupée, laisser Ganna épuiser sa formation, isolant Egan, et ensuite contre-attaquer collectivement. Quand Remco s’est retrouvé du mauvais côté d’une cassure entraînant un écart de 30” avec le groupe Maglia Rosa, on pouvait s’interroger sur la justesse d’une telle tactique. Il avalait bien plus de poussière dans cette position que Bernal, seulement devancé par un équipier. Quand même, tout s’est regroupé, et Ganna s’est écarté, presque à l’arrêt. Mais les Deceuninck aussi étaient à l’agonie, pendus dans les roues.

Le détail révélateur était de voir Remco consommer lui-même de l’énergie pour boucher l’écart. Quelque chose ne fonctionnait pas et il restait 50 kilomètres parmi les plus difficiles du Giro.

Quand Vlasov a attaqué à 4,5 kilomètres de l’arrivée, Egan a suivi, et a fusé à côté du Russe. En l’espace d’un instant, il avait rejoint Buchmann, parti un peu plus tôt, et les deux filaient avec une avance de 20” sur leurs rivaux au général et 2’08” sur Remco à l’arrivée. Les souvenirs (Campo Felice ce dimanche, le Tour en juillet 2019) affluaient.

L’étape avait été remportée quelques minutes plus tôt par Mauro Schmid, qui s’offrait à 21 ans sa première victoire professionnelle. Il s’ajoute à la liste croissante des jeunes champions d’aujourd’hui, des spécialistes du cyclo-cross qui empruntent un vélo de route pour malmener les pelotons, des pistards qui s’imposent en montagne, ou tous ces jeunes Colombiens. Cela semble être devenu la norme, et peut-être bien que ça l’est. Procyclingstats.com a récemment publié un tableau sur les points des classements mondiaux inscrits par les coureurs de moins de 23 ans chaque saison. En 2000, ils représentaient 2,9%. En 2020, leur part atteignait 11,8% : quatre fois plus.

Les campagnes incessantes de l’industrie de l’attention pour nous proposer de nouveaux objets à l’intérêt immédiat, qui relègueront dans les archives les tendances de l’année précédente. On oublie que, jusqu’à la 15e étape du dernier Tour de France, Egan était un sérieux prétendant. Deuxième de la 9e à la 12e étape, il était encore troisième (le premier des quatre Colombiens qui se pressaient de la 3e à la 6e place, derrière les deux Slovènes) avant de reculer en raison de douleurs au dos insupportables. Les succès slovènes prenaient le devant de la scène et la victoire historique d’Egan sur le Tour 2019 semblait appartenir à l’histoire ancienne. Mais Bernal prouve encore qu’il est un homme dans la tendance.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor