Voir tout
Loading...
Voir tout

“VIXI: j’ai vécu”

20/05/2021

En remportant la 12e étape du Giro d'Italia 2021, Andrea Vendrame (AG2R Citroën Team) a renoué avec le fil de sa carrière suspendu en 2019.

Andrea Vendrame fait partie de ces coureurs difficiles à faire entrer dans une catégorie, qu’on qualifie parfois de sprinteurs mais qui, à l’image de Sonny Colbrelli, sont solides comme des boeufs et s’expriment le mieux avec une arrivée rapide au bout d’une étape difficile. Au printemps 2019, il semblait prêt à exploser sr le devant de la scène lorsque, dans la foulée d’une troisième place sur le GP Industria & Artigianato, il a enchaîné en dix jours d’avril une victoire d’étape sur le Circuit de la Sarthe, la deuxième place du Tour du Finistère, et une autre victoire sur le Tro Bro Léon, l’équivalent breton des Strade Bianche. Dans la dernière semaine du Giro, il semblait être, sur le papier, le coureur le plus rapide au sein d’une échappée à trois avec Esteban Chaves et Amaro Antunes mais Vendrame, victime d’un saut de chaîne au plus mauvais moment, s’est contenté de la deuxième place. La victoire aurait changé sa carrière, à l’instar d’une première place au lieu de la 7e sur le Giro della Toscana, la 9e sur la Coppa Sabatini, et la 4e sur les Tre Valli Varesine.

Puis est venu le Covid-19, et une saison raccourcie, sans victoire pour l’Italien. En 2021, il s’est lancé sur le Giro avec le dossard numéro 17, un nombre synonyme de malchance pour certains Italiens. En l’an 9 après J.C., les tribus germaniques ont pris en embuscade la Legio XVII de l’armée romaine et l’ont complètement annihilé. L’armée romaine n’a plus jamais utilisé ce nombre. Deux millénaires plus tard, le nombre 17 n’avait plus accompagné un coureur à la victoire sur le Giro depuis 1987, lorsque Marco Vitali s’est joué de ses deux compagnons d’échappée à Rive del Garda. Jusqu’à aujourd’hui.

En l’absence de cols à plus de 1.295m d’altitude, le profil suggérait une étape vallonnée, rien de plus. Mais comme Nico Roche l’expliquait au départ, “avec plus de 4.000m de dénivelé, si vous ne considérexz pas que c’est une étape de montagne, il n’y en a aucune.”

La bataille pour l’échappée s’est étirée sur 60km. Quand les attaquants sont partis, on trouvait deux coureurs de l’équipe AG2R Citroën : Vendrame et son compagnon de chambre Geoffrey Bouchard, porteur de la Maglia Azzurra. À l’approche des trois premiers sommets répertoriés pour le classement de la montagne, Vendrame a emmené Bouchard pour prendre les points. Ça lui a permis de creuser un écart de plus de 40 points (mais avec le poids des étapes de montagne dans la dernière semaine, la Maglia Azzurra a de bonnes chances de revenir à un prétendant au classement général). Bouchard a tout de même écrit l’histoire en égalant Raphaël Géminiani (double vainqueur du classement de la montagne sur le Giro dans les années 1950), jusqu’alors le seul Français à être passé en tête de sept ascensions répertoriées sur les routes de la Corsa Rosa.

C’était ensuite à Vendrame de jouer. Dans la dernière ascension, il a attaqué. Au sommet, un groupe de quatre hommes se constituait autour de lui, avec les retours de Bennett, Hamilton et Brambilla. Dans la plongée vers l’arrivée, Brambilla et Bennett se sont chamaillés, Vendrame et Hamilton ont filé. Après avoir travaillé pour Bouchard et désormais pour lui, l’Italien avait encore suffisamment de force pour remporter le sprint.

Les prétendants au classement général se sont accordés une trêve jusqu’à la dernière ascension, où Nibali et Ciccone ont attaqué en tandem. Les Ineos Grenadiers les ont rejoints, avant de voir Nibali accélérer encore dans la descente. Ses efforts lui ont permis de reprendre 7” sur ses 4’11” de retard. C’était aussi un acte de révolte, contre Bernal, ses rivaux, sa blessure et les années qui passent.

Après sa victoire, Vendrame traversera sa ville de naissance, Conegliano, lors de la 14e étape. Il peut se réjouir avant de rentrer à la maison. À l’époque romaine, pour écarter la mauvaise fortune, les tailleurs de pierre transformeraient souvent le nombre XVII en “VIXI”, qui signifie en latin “j’ai vécu”. Après sa victoire à Bagno di Romagna,. Andrea Vendrame peut certainement en dire autant.

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor