Voir tout
Voir tout

Dans la légende

17/05/2022

Quelle reprise ! Pour attaquer la deuxième semaine du Giro, la Corsa Rosa et ses acteurs ont emporté tout le monde sur les montagnes russes réelles et émotionnelles qui menaient à Jesi, théâtre de l’arrivée de la 10e étape de cette 105e édition, où les tifosi ont rendu un hommage intense à Michele Scarponi et où Biniam Girmay a écrit une nouvelle page d’histoire de son sport en devenant le premier cycliste de couleur à remporter une étape de Grand Tour.

Un mois et demi après un premier succès historique sur les routes de Gand-Wevelgem, Girmay a triomphé au prix d’un sprint extraordinaire, qui a condamné Mathieu Van der Poel à l’impuissance, et grâce à l’investissement de toute l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux, jusqu’au grimpeur de poche Domenico Pozzovivo : 39 ans au compteur, 16 participations au Giro, d’innombrables attaques dans les montagnes… et un travail de poisson-pilote décisif pour lancer Girmay vers la gloire à Jesi.

Je me rends compte que j’écris l’histoire mais c’est grâce à mon équipe et ma famille“, a insisté le jeune Érythréen (22 ans), dont le succès a été largement salué, y compris par MVDP. Avant même de franchir la ligne, le prodige néerlandais, en quête d’un deuxième succès sur le Giro après sa victoire hongroise en ouverture de cette 105e édition, s’était rassis sur sa selle et avait levé un pouce. Bravo, Bini !

Pas de place pour les échappés

Ce sprint marquait un nouvel épisode de la rivalité qui se dessine sur les routes italiennes entre les deux jeunes stars et apportait la touche finale à une étape intense entre Pescara, grandes terres de sports mécaniques et cyclistes, et Jesi.

Sur les routes souvent empruntées par Tirreno Adriatico, les baroudeurs espéraient trouver l’ouverture, mais la Lotto Soudal affichait rapidement son intention de contrôler les débats. Après une quinzaine de kilomètres de bataille, trois coureurs s’extirpaient : l’attaquant émérite Mattia Bais, avec son compatriote italien Alessandro De Marchi et le Belge Lawrence Naesen. Leur avance allait atteindre 6’15’’, et De Marchi était le dernier à capituler face au peloton, à 21km de l’arrivée.

De Michele à Bini

Les Lotto Soudal avaient disparu des avants-postes, occupés par les équipiers de Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) et Van der Poel (Alpecin-Fenix). Et pour cause : Caleb Ewan était bien loin derrière, distancé dès les premières difficultés de la journée, à 80km de l’arrivée. L’Australien a rallié Jesi seul, à la 166e et dernière place, avec un retard de 31’18’’.

L’expérience était rude pour Ewan, mais elle en a fait un témoin privilégié de l’hommage rendu par des milliers de spectateurs présents au bord de la route pour saluer la mémoire de Michele Scarponi, l’enfant de Jesi, vainqueur de Tirreno Adriatico (2009) et du Giro (2011) avant de perdre la vie dans un accident à l’entraînement, au printemps 2017.

Sur les murs, les pancartes, dans les champs, dans la bouche des tifosi, un même message : “Sempre con noi” (“toujours avec nous”). À la fin de la journée, une autre devise s’imposait au bout de ce tourbillon d’émotions : “Bini, vidi, vici !”

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor