Voir tout
Loading...
Voir tout

Étape 1 du Giro d’Italia: Torino – Torino. La plus jolie fille du podium

05/05/2021

Giro d'Italia Torino

Étape 1 Torino – Torino, la plus jolie fille du podium

Turin a été un hôte et un protagoniste régulier du Giro d’Italia, organisant trois Grande Partenza et d’innombrables départs et arrivées d’étapes. Cette histoire nous ramène dans le final de l’avant-dernière étape de l’édition 1949, dans le vélodrome Corso Casale, longtemps négligé mais qui allait bientôt être restauré.

Le vélodrome se situe dans le quartier de Madonna del Pilone, au pied de Superga, la colline au sommet de laquelle Victor Amadeus II a fait construire une basilique majestueuse en signe de reconnaissance après avoir renversé le siège de l’armée française en 1706. Le 11 juin 1949, cela faisait à peine plus d’un mois qu’une catastrophe aérienne avait pris les vies de Valentino Mazzola, Gabetto, Bacigalupo, Grezar, Ossola, Loik… Le nom de Superga devenait alors marqué par la tragédie qui a emporté les membres du club de football Grande Torino Aucun n’a survécu. Parmi les 31 victimes, en plus des joueurs, entraîneurs et dirigeants, on trouvait trois journalistes et quatre membres d’équipage.

Coppi, Bartali, l’étape en direction du vélodrome

L’étape en direction du vélodrome était un contre-la-montre individuel. La veille, Fausto Coppi avait signé le plus grand exploit de sa carrière : une échappée de 192km par-delà cinq cols, entre Cuneo et Pinerolo. Il s’était imposé avec 11’52’’ d’avance sur son premier poursuivant, Gino Bartali, pour prendre le maillot de leader et s’assurer la victoire finale dans le Giro. Bartali, son dauphin au général, était repoussé à 23’. Le contre-la-montre de 65km entre Pinerolo et Turin s’annonçait comme une simple formalité. La victoire est revenue à Toni Bevilacqua devant Corrieri et De Santi ; Coppi s’est contenté de la sixième place, suffisante pour accroître d’une poignée de secondes sa marge au général.

 

Coppi était un amoureux de football et supporter du ‘Toro’. Juste après la Guerre, l’équipe était invincible, plus souveraine que Coppi lui-même. Le champion cycliste apparaît sur quelques photos avec des joueurs de l’équipe : Danilo Martelli, Valerio Bacigalupo, Mario Rigamonti… Sur l’une d’elles, il porte un vélo de course dont Valentino Mazzola étudie les rayons et les pneus. Sur une autre, il est accompagné de Serse Coppi, du milieu de terrain Eusebio Castigliano, et des jeunes enfants de Valentino, Sandrino et Ferruccio, derrière le comptoir du magasin d’équipement sportif que Mazzola avait ouvert à Turin. Surtout, Coppi était particulièrement attaché au milieu de terrain Ezio Loik, à qui il a dédié sa victoire à Pinerolo.

La plus jolie fille du podium

Ce jour-là, la cérémonie protocolaire comptait une participante spéciale pour la remise de la Maglia Rosa dans le vélodrome. Mirella Loik, la fille d’Ezio, n’avait même pas quatre ans. Elle portait une petite robe pâle, un bouquet d’hortensias bleus et quelqu’un la souleva pour qu’elle puisse embrasser Fausto. La fille s’écarta légèrement en pressant sa petite main contre le maillot sale et poussiéreux du champion. Tandis que Coppi lui caressait délicatement la joue, elle se mit à

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor