Voir tout
Voir tout

Deuxième semaine : attention dangers

16/05/2022

Le Blockhaus a posé son jugement sur la Corsa Rosa, mais il est loin d’avoir établi un verdict définitif pour les prétendants à la Maglia Rosa sur les routes du Giro d’Italia 2022. L’équilibre règne en maître alors que le peloton s’avance vers une deuxième semaine piégeuse, qui ne mènera pas forcément les coureurs vers les plus hautes altitudes, mais leur opposera toute une série d’embûches qui, avec un classement aussi resserré, peuvent aiguiser l’imagination de certains grands favoris.

Après la journée de repos dans les Abruzzes, le peloton partira de Pescara pour se diriger vers le nord et la région des Marches. La Pescara-Jesi de 196 km est un petit classique, avec une deuxième partie de course accidentée, pour pimenter le final sur des routes qui changement constamment de pente. Les scénarios les plus plausibles semblent être au nombre de deux : l’arrivée d’une échappée ou la bagarre entre coureurs rapides capables de résister à des montées courtes et explosifs. Tout le monde se souvient du spectacle offert par Mathieu Van der Poel sur l’étape des murs lors Tirreno-Adriatico 2021, et le parcours menant à Jesi, bien que plus simple, passera par certains de ces endroits. Le Néerlandais sera donc particulièrement surveillé. La traversée de Filottrano, la ville de feu Michele Scarponi, sera également intense en émotions.

On enchaînera ensuite avec une des étapes les plus simples de ce Giro d’Italia, celle du Parmigiano Reggiano, Santarcangelo di Romagna-Reggio Emilia, sur un parcours complètement plat, sans ascension catégorisée. L’étape est plutôt longue, 203 km, et les équipes devront donc s’employer si elles veulent contrôler la situation pendant tous ces kilomètres. Cependant, le sprint semble être un dénouement évident et il faut voir qui se lancera à l’avant.

La Parme-Gênes, elle aussi assez longue avec ses 204 km, s’annonce plus rythmée. L’étape semble être dessinée à la perfection pour les attaquants, il est donc raisonnable de s’attendre à une grande bataille pour l’échappée. Trois ascensions sont répertoriées : Passo del Bocco, La Colletta et Valico del Trensasco, ce dernier étant le plus traître avec ses 4 km à 8%, et un sommet à 32 km de l’arrivée. Il est peu probable que les prétendants au classement général attaquent, mais la lutte pour la victoire d’étape s’annonce incertaine et intéressante.

Avec les 150km de Sanremo-Cuneo, les sprinteurs sont à nouveau attendus au premier plan, pour ce qui devrait être leur avant-dernière chance de laisser leur empreinte sur la Corsa Rosa. Le Colle di Nava, à 100 km de l’arrivée, ne fait pas peur, et l’arrivée dans la ville piémontaise pourrait se faire en rangs serrés.

Le week-end s’ouvre avec une journée qui s’annonce spectaculaire, sur un tracé cher à Fausto Coppi : Santena-Torino, une étape courte (147 km) mais qui comprend 3.000 mètres de dénivelé sur un parcours sans répit. C’est une étape idéale pour tenter quelques embuscades, puisque le circuit final, à couvrir deux fois, présente des difficultés majeures. Tout d’abord le Colle di Superga, ascension emblématique du Milan-Turin, qui sera abordé sur le versant de Bric del Duca (5 km à 8,6%), puis le Colle della Maddalena (3,5 km à 8%), avec le premier kilomètre et demi à 13%, et enfin le tremplin du Parco del Nobile (1,5 km à 8%). Après une semaine relativement calme sur le papier, un feu d’artifice pourrait éclater à Turin.

La deuxième semaine du Giro 2022 se termine par une étape de près de 4 000 mètres de dénivelé, Rivarolo Canavese-Cogne (177km). Les 80 derniers km sont extrêmement intéressants, avec les montées de 1re catégorie de Pila-Les Fleurs (12,2 km à 6,9%) et de Verrogne (14 km à 7%), avant l’ascension de 2e catégorie vers Cogne (22,4 km à 4,3 %). Devant la difficulté modérée du final, la bagarre pourrait se déclencher dans les deux premières montées, et il faudra être très vigilant dans les descentes. À la veille de la journée de repos, c’est l’occasion de tout donner pour gagner du temps.

LES TEMPS FORTS DE LA 9e ÉTAPE

Seguici
sui social
# giro

Vous voulez suivre l'actualité du Giro d'Italia et des autres courses de RCS Sport ?

Inscrivez-vous
à la newsletter du Giro d’Italia

top sponsor