retournez aux infos

1 juin 2019

Carapaz a les mains sur le Giro, Bilbao joue les super-subs

L’Espagnol Pello Bilbao (Astana Pro Team) a signé sa deuxième victoire sur le 102e Giro d’Italia devant son compatriote Mikel Landa (Movistar Team) et le roi de la montagne Giulio Ciccone (Trek – Segafredo) au sommet à Croce d’Aune – Monte Avena après la dernière étape de montagne. Il faisait partie de la longue échappée du jour, reprise par les favoris à 4 km de l’arrivée. Son leader Miguel Angel Lopez (Astana Pro Team) ne faisait pas partie de ce groupe après un incident avec un spectateur. Richard Carapaz (Movistar Team) a évité les encombres et conservé son avance de 1’54” sur son poursuivant Vincenzo Nibali (Bahrain – Merida). Troisième au général avant cette étape, Primoz Roglic (Team Jumbo – Visma) est tombé à la 4e place et a reçu une pénalité de 10’’ après avoir été poussé par un spectateur. Il accuse un retard de 23’’ sur avant le dernier contre-la-montre individuel de 17 km à Vérone.

STATISTIQUES

Deuxième victoire sur le Giro pour Pello Bilbao après la 7e étape à L’Aquila. C’est également la deuxième victoire pour un coureur espagnol sur ce Giro.

C’est la 112e victoire d’étape pour l’Espagne sur la Corsa Rosa. Avant Bilbao, le dernier vainqueur Espagnol sur le Giro était Mikel Nieve dans la 20e étape à Cervinia l’an dernier.

La Maglia Rosa a changé d’épaules dans le contre-la-montre final à trois reprises sur les 18 occasions qui se sont présentées dans l’histoire du Giro : en 1984, lorsque Francesco Moser l’avait pris à Laurent Fignon (déjà à la Verona Arena, comme demain) ; en 2012, Ryder Hesjedal aux dépens de Joaquim Rodriguez (à Milan) ; en 2017, Tom Dumoulin aux dépens de Nairo Quintana (à Milan). Jamais un déficit de 1’54” n’a été renversé dans ces circonstances sur le Giro – ni sur le Tour de France.

RÉSULTAT FINAL

1 – Pello Bilbao (Astana Pro Team) – 194 km en 5h46’02”, vitesse moyenne de 33,638 km/h

2 – Mikel Landa (Movistar Team) m.t.

3 – Giulio Ciccone (Trek – Segafredo) +2″

MAILLOTS

  • Maglia Rosa, leader du classement général, parrainé par EnelRichard Carapaz (UAE Team Emirates)
  • Maglia Ciclamino, leader du classement par points, parrainé par SegafredoPascal Ackermann (Groupama-FDJ)
  • Maglia Azzurra, leader du classement de la montagne, parrainé par Banca MediolanumGiulio Ciccone (Trek – Segafredo)
  • Maglia Bianca, leader du classement du meilleur jeune, parrainé par EurospinMiguel Angel Lopez (Astana Pro Team)

CLASSEMENT GÉNÉRAL

1 – Richard Carapaz (Movistar Team)

2 – Vincenzo Nibali (Bahrain – Merida) +1’54″

3 – Mikel Landa (Movistar Team) +2’53 »

4 – Primoz Roglic (Team Jumbo – Visma) +3’16 »

5 – Bauke Mollema (Trek – Segafredo) +5’51 »

CONFÉRENCE DE PRESSE

Le vainqeurud ‘étape Pello Bilbao a déclaré en conférence de presse : “J’étais à l’avant pour aider Miguel Angel Lopez ultérieurement. On voulait qu’il soit sur le podium final. À 50 km de l’arrivée, j’ai commencé à penser aussi à la victoire d’étape parce qu’il allait être difficile pour le peloton de revenir. Vers la fin, j’ai pensé que je serais plus rapide que les grimpeurs et je savais que Carapaz travaillerait pour Mikel Landa pour la victoire d’étape. Quand on a une telle opportunité, ça vaut le coup d’essayer.”

La Maglia Rosa Richard Carapaz a déclaré en conférence de presse : “Je suis très heureux du travail de l’équipe. Demain, ce sera un mano-a-mano. L’embrassade avec Nibali à l’arrivée était un très beau geste. Il m’a semblé très fort aujourd’hui mais Mikel [Landa] et moi étions très forts aussi. Je savais que Mikel pouvait monter sur le podium, c’est pour ça qu’on a lâché Roglic. On voulait aussi la victoire d’étape pour Mikel. C’est passé près.”

L’ÉTAPE DE DEMAIN

21e étape – Vérone-Vérone (contre-la-montre individuel) 17.0km – dénivelé 250m

Contre-la-montre individuel sur le circuit des Torricelle (le même que pour les Mondiaux de 2004) parcouru dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. La première partie se fait sur de grands boulevards avant une ascension en escalier de 4,5 kilomètres à 5% sur des routes plus étroites. Le temps intermédiaire est pris au sommet, où sont également décernés les derniers points de la montagne. Suit une descente de 4 kilomètres, toujours sur des routes larges et droites. Les 3 derniers kilomètres traversent la ville avec des virages prononcés avant une arrivée sur la Piazza Bra et dans l’Arena de Vérone.

Les derniers kilomètres

Les derniers kilomètres se disputent sur de larges avenues. Le temps final est pris sur la Piazza Bra, avant l’entrée dans l’Arena. La dernière ligne droite est de 150 mètres de long, 6,5 mètres de large, sur une voie goudronnée. 

COUVERTURE TV

Le programme de diffusion internationale du Giro d’Italia est disponible ici.

ok

ko